Alice au royaume de cœur de Soumei Hoshino et Quin Rose

Publié le 9 Novembre 2012

Alice au royaume de cœur de Soumei Hoshino et Quin Rose

Alice au pays de l'otome game.

Titre: Alice au royaume de coeur

Manga-ka: Soumei Hoshino (dessin) Quin Rose (scénario)

Date de publication au japon: 2007

Statut de la série: Terminée

Statut de ma lecture: Terminée

Nombre de tomes parus: 6

Editeur en France: Ki-oon

Niveau d'appréciation: Oh god why ?

Alice Liddle est une jeune anglaise du 19ème siècle qui vit avec sa grande sœur, belle et cultivée, et qui un jour s'endort dans son jardin. Voyant passer un lapin blanc elle le suit, tombe dans son terrier, et la suite, vous la connaissez... Enfin... Pas tout à fait, car ici, Alice se retrouve enfermée dans un bien étrange Wonderland répartit en territoires ennemis où tous les protagonistes semblent la convoiter pour d'obscures raisons.

Sachez-le j'ai à mes côtés des amies qui, en vérité, me veulent beaucoup de mal. Pourtant quand l'une d'elle s'est approchée de moi avec un grand sourire et une voix mielleuse en me disant « Tu sais, j'ai un manga vrrraaaaiiiimeeennnt nul si tu veux faire une critique dessus. », telle Eve devant la pomme, je n'ai pas su résister. Quand je pense que c'est la même qui m'a fait lire Kobato...

Première chose à savoir et qui va expliquer l'intégralité de la nullité crasse dans laquelle se complait ce manga... Il s'agit de l'adaptation d'un otome game, en d'autres termes, un jeu vidéo de drague pour jeune filles en fleur. Sachant cela, préparez vous à une longue descente aux enfers de 6 tomes.

Mais, on peut pas faire quelque chose de mauvais avec Alice au pays des merveilles ! D8

Sachez le, il y a deux catégories de personnes en ce monde: Les gens qui ne connaissent pas Alice au pays des merveilles, et ceux qui sacrifient régulièrement des animaux sur la tombe de Lewis Carroll pour louer son génie éternel et tenter de le ressusciter. Bon j'exagère un petit peu... Mais à peine. En témoigne la quantité impressionnante d'adaptations qu'Alice au pays des merveilles et Alice de l'autre côté du miroir comptent en films/séries/manga/romans/animés/jeux vidéos et j'en passe. Certaines de ces adaptations sont splendides et/ou terrifiantes telles « Alice » de Jan Svankmajer (que vous pouvez voir sur youtube) et d'autres sont absolument consternante à l'image de« Alice au pays des merveilles » de Tim Burton, et croyez moi ça me fait de la peine de le dire. Le manga n'a pas échappé à ce phénomène de « Carollisation » donnant des œuvres allant de la caricature amusante et légère type Miyuki-chan in Wonderland des Clamp... A la réécriture glaçante de Are you Alice ? De Katagiri Ikumi et Ninomiya Ai.

Malheureusement, malheureusement, à l'heure qu'il est le cadavre de Lewis Caroll doit tourner dans sa tombe à la vitesse d'une hélice d'avion tant Alice au royaume de cœur n'est non seulement pas un hommage à son texte, mais même un crime odieux envers ce dernier.

Comprenez moi bien, j'apprécie énormément les réécritures, les parodies, pastiches et autres références, je trouve qu'elles donnent une profondeur supplémentaire à l'oeuvre de départ et sont, tout autant que les œuvres originales, le reflet de leur époque.

Seulement voyez-vous, il y a pasticher... Et se foutre de la gueule du monde.

Or c'est exactement ce que fait ce manga.

Une réelle volonté d'auto-dérision...

Le plus triste avec ce manga, c'est que comme vous allez vite le comprendre dans les paragraphes qui suivent, beaucoup des faux-pas dans lesquels se fourvoient les auteurs sont du à de réelles bonnes intentions, probablement les même dont l'enfer est pavé d'ailleurs. En effet dés le début on sent la référence très explicite, mais plutôt intelligente, à l'otome game. Pourquoi ? Et bien parce que le monde dans lequel débarque l'héroïne est explicitement faux et qu'elle le ressent comme tel. Les personnages principaux sont appelés acteurs, l'ensemble de leurs interactions est soumis à des règles, et les personnages secondaires n'ont même pas d'yeux... Non je veux dire VRAIMENT pas d'yeux, c'est d'ailleurs une des choses qui choque l'héroïne, ce qui est une double référence aux codes du jeux vidéo et du shoujo. Comme je l'ai évoqué dans le résumé Alice est le centre de cet univers, ce qui la met mal à l'aise. L'héroïne a d'ailleurs conscience que s'il s'agit d'un rêve, il dénote chez elle un cruel manque d'affection.

Malheureusement... Cette volonté des auteurs d'installer un malaise, ou tout du moins une sensation d'anormalité, ne dure pas longtemps et n'est pas du tout fouillée, ce qui donne l'impression que ces derniers mettent des éléments glauques pour donner un aspect mature au manga alors qu'en réalité il ne l'est pas du tout. De plus cette idée de référence au jeu, qui est intelligente en soit, ne fonctionne pas du tout avec le reste des interactions entre personnages puisque cela les décrédibilise complètement. Pour ne rien arranger, assez vite, l'héroïne se sent à l'aise dans ce monde, tout ce qui paraissait étrange et tout ce qui la rebutait finit par lui plaire, le fait qu'il n'y ai pas d'explication à ce qui lui arrive (ou peu) ne lui déplait pas et du coup ce monde finit par nous paraître normal à nous aussi, ce qui ne sert pas du tout le scénario... Enfin le scénario...

Un univers qui ne tient pas la route.

Nous passerons les noms des acteurs (personnages principaux de l'univers dans lequel Alice débarque), parfaitement ridicules, sous silence puisque cela n'a pas empêché d'excellents manga d'exister (Hellsing notamment). Même si Blood Dupré comme nom c'est quand même la honte sidérale. Le reste en revanche ne peut pas être éludé. Pour commencer quel est l'intérêt de mettre en place un univers carollien et d'appeler son manga « Alice au royaume de coeur » si c'est pour que les protagonistes n'aient RIEN A VOIR avec l'oeuvre d'origine, voire même que des personnages sans aucun rapport se tapent l'incruste au milieu du manga ?! Le chapelier fou qui n'est pas fou, le lièvre de Mars qui ma foi s'est retrouvé transposé dans le corps du lapin blanc et inversement, une reine de cœur TOUT sauf tyrannique, un Joker (parce que c'est à la mode faut croire), un personnage totalement inutile répondant au nom de Mary Goround, l'Horloger, l'absence totale de contesse, etc. font que le manga n'a plus une once de ressemblance avec les livres d'origine. Ce n'est même plus une réécriture, c'est plaquer de façon abusive des références à Alice au pays des merveilles et De l'autre côté du miroir sur un scénario qui n'a aucun rapport. Ca n'apporte rien au manga, voire même ça ressemble à une tentative pour le justifier qui échoue pathétiquement.

Mais cela serait encore excusable si derrière cette façade mal peinte se trouvait un univers réellement approfondit, seulement ce n'est pas le cas.

Au départ le monde dans lequel Alice se retrouve projeté est réparti en différents territoires supposés se faire la guerre, chacun possédant à sa tête un acteur important. Il existe même une mafia dirigée par le Chapelier fou. Voilà qui donne l'eau à la bouche. Il n'en faut pas plus pour s'attendre à des combats épiques ou des manipulations machiavéliques pour obtenir Alice, fruit de toutes les convoitises. Seulement assez vite l'on s'aperçoit que cette violence n'est elle aussi qu'une façade pour donner une contenance au manga. C'est bien simple, si le Chapelier fou en tant que chef d'une mafia, et la reine de Coeur dans son châteaux en imposent encore un peu, sitôt que l'on voit qui est le troisième acteur dans cette guerre, tout s'écroule: en effet difficile de prendre au sérieux un dénommé Mary Goround (Merry Go Round) qui tient un parc d'attraction. De plus tout ce que l'on nous montre de leurs combats les font plus passer pour des gamineries qu'autre choses: Dés que deux ennemis se voient, ils se chamaillent puis sortent leurs armes, commencent à se tirer dessus, mais heureusement personne ne se fait mal. Les raisons qui poussent les personnages « à s'entretuer mais pas trop » sont à peine moins ridicules. De plus, une grande partie des acteurs eux-même ne prennent ni leur vie ni la situation dans laquelle il se trouvent au sérieux, et bien que la manga-ka se serve justement de cette désinvolture des personnages pour mettre en exergue les différences morales entre Alice et les habitants de ce monde... Ca ne fonctionne pas. Ca ne fonctionne pas parce que sauf situations exceptionnelles on a du mal à voir où est le drame au départ.

Quant au fait qu'Alice soit désirée par tous, ce qui était censé être une source de tension devient juste un ressort comique ou une sorte de refrain scénaristique. Alice est invité par la Reine de cœur, elle va chez elle, il lui arrive un truc. Puis elle est invitée par le Chapelier fou, elle va chez lui, il lui arrive un autre truc. Puis elle rencontre un autre personnage en repartant, et il lui arrive encore un autre truc. De temps en temps les principaux acteurs se croisent et se battent, mais ça devient tellement fréquent que ça n'a plus d'intérêt, et puis de toute façon, il semblerait que ça ait toujours été le cas, du coup aucun ajout dramatique. On sent ici la structure rigide de l'otome game qui n'est pas spécialement gênante pour un jeu vidéo, mais qui est insupportable dans n'importe quelle œuvre non interactive. Pour rendre le tout encore plus détestables, les manœuvres des personnages pour récupérer Alice sont TOUT sauf sophistiquées ce qui retire en plus la potentielle lutte stratégique entre les acteurs pour l'attirer à eux.

Vous me direz qu'il ne faut pas oublier qu'il s'agit d'un shoujo adapté d'un otome game donc que par définition ça ne va pas être violent ni grave. Certes: Mais alors pourquoi avoir introduit cette idée ?! Le problème de ce manga est qu'il n'arrive pas à se décider entre un manga grave et angoissant dans un monde dystopique, ce qui aurait été très facile à mettre en place vu le concept de départ, et une comédie romantique légère pour préadolescentes. Si bien qu'il finit par échouer dans les deux.

Des personnages ratés.

Les meilleurs preuves que je puisse donner de cet échec se trouvent pour la plupart dans le design, la psychologie et les liens entre les personnages. Commençons par le design...

En gros 95 % des personnages sont des bishonen clichés aux tenues et design cliché et pseudo 19ème siècle. Les personnalités et les caractéristiques des dits bishonen sont à peine moins caricaturales. La liste non exhaustive des personnages clichés comprend: 2 ténébreux, un tsundere, des jumeaux (mignons mais flippants), un type collant, et une brute. On joue à un jeux ? Citez 4 autres manga où vous pouvez retrouver le même type de personnages (exemples à l'appui): le gagnant verra apparaître sur ce blog la critique du manga de son choix (mais pas trop long quand même...).

Pour ajouter à l'énervement qui gagne le/la lecteur/trice en lisant ce manga, la psychologie des personnages, en soi, est parfois étonnamment intéressante. Le Chapelier fou par exemple dans les deux premier tomes s'avère réellement menaçant, manipulateur et attirant à la fois. Malheureusement, à travers des scènes inutiles, les auteurs finissent par nous en apprendre trop sur sa personnalité, dissipant les doutes que l'on avait le concernant avant même qu'ils n'aient eu le temps de se matérialiser. Quant aux autres personnages qui ne se font pas brutalement dénuder par le scénario, ils ne peuvent pas se développer à cause des liens entre ces derniers, eux-même affreusement mal pensés. En effet tous les personnages n'ont d'yeux que pour Alice, SANS AUCUNE EXCEPTION. L'héroïne est systématiquement le point central de toute conversation entre les personnages, de toute action des personnage et de tout changement de personnalité de ces derniers. Ce qui est d'une indescriptible lourdeur !! B8< Même des protagonistes dont la personnalité est en complète contradiction avec une quelconque attirance pour Alice, du type Ace, finissent par « l'aimer » plus ou moins, ce qui fait que l'héroïne n'a aucun antagoniste véritable. Ce système fait aussi que les acteurs perdent toute le profondeur vu que toute relation préexistence entre ces derniers est balayée par l'arrivée d'Alice, quand elle existe. Un exemple ? Il n'y a aucune relation amoureuse entre les acteurs qui transformerait le personnage d'Alice en une menace pour certain d'entre eux, la rendant négative pour ce monde. Au contraire Alice est la solution à tous les problèmes puisqu'elle empêche les gens de s'entretuer et est gentille avec tout le monde. Là encore, il s'agit d'une action volontaire de la part des auteurs... Mais c'est INSUPPORTABLE !!!!! B8< D'autant plus qu'Alice n'a vraiment rien pour elle ! Elle ne se distingue pas par son intelligence ni sa beauté, ni même par son courage: Puisque toutes ces qualités sont attribuées au fait qu'elle ne vient pas du même monde. En gros, elle se contente de faire exactement la même chose que ce qu'elle fait dans le monde réel, mais comme elle est dans un autre monde, les autres personnages la trouve incroyable et fascinante. C'est l'illustration même du proverbe « nul n'est prophète en son pays ». -_- " Pour ne rien arranger Alice est une véritable GOURDASSE GALACTIQUE !! Plus bête qu'elle tu te noies dans ta propre bêtise. Elle ne se rend compte: Ni de la jalousie du Chapelier fou, ni des sentiments amoureux réels qu'éprouve la reine à son égard, ni du lien qui unit les deux personnages cités précédemment, et quoi qu'elle fasse ou dise on a l'impression qu'elle le fait exprès pour envenimer les situations aux cœur desquelles elle se trouve. En plus, elle est affreusement manipulable, au point qu'elle autorise le type qui essaye de lui sauter dessus depuis le début du manga à dormir avec elle parce que « en lapin blanc il est teeellleeemment mignon », et qu'elle accepte l'invitation d'un type qui a quand même voulu la tuer. Si encore, comme dans l'oeuvre de Lewis Caroll, cela était seulement du au décalage entre le monde réel et Wonderland... Mais ce n'est PAS DU TOUT LE CAS, Alice est juste la dernière des pommes. Difficile de fait, non seulement de s'y identifier, mais de comprendre l'attirance des autres personnages pour elle.

Alice au pays des scénarios en bois.

J'ai tapé sur l'univers de base et tapé sur les personnages, il ne me reste plus donc qu'à taper sur le scénario, visiblement masochiste, qui me tend un martinet les yeux brillants un sourire malsain accroché aux lèvres. En effet: S'il y a bien une chose que ce manga n'a pas (en plus d'une héroïne charismatique et d'un univers intéressant)... C'est un scénario cohérent. Attention comprenez moi bien, je ne parle pas ici de petites incohérences comme on en trouve dans n'importe quel récit, personne n'est à l'abris d'un oubli, non, je parle de passages entiers de l'histoire qui sont littéralement passés à la trappe. Par exemple à la fin du tome 4 est mise en place une énième règle du jeu débile, pour que Alice aille prendre le thé chez les uns et les autres, qui consiste à ce que chaque région du royaume se retrouve avec une saison différente. Au début on ne voit pas bien l'intérêt, mais alors qu'Alice va d'un royaume à l'autre elle tombe sur un énigmatique personnage (Le Joker... Vraiment, quelle originalité) qui lui annonce que d'ici peu de temps elle ne pourra plus passer d'une région à l'autre comme bon lui semble, sauf si elle joue contre lui... Le tome suivant, le Joker a disparu tout comme cette histoire de saisons et elle ne sera plus jamais mentionnée jusqu'à la fin du manga. Ceci dit le Joker n'est pas le seul « acteur » qui devrait avoir un rôle important, et qui disparaît à la fin du tome 4: Il en va de même de Loir et du serviteur de Nightmare, ainsi que d'une REGION ENTIERE qui apparaît et disparaît à la vitesse d'une commette sans aucune explication.

Mais puisque j'évoque la fin du manga, parlons en un peu plus en détail... Des fins en queues de poissons j'en ai lu un sacré paquet. Mais ça ? C'est plus de la queue de poisson ! A ce stade là ça aurait été tout aussi frustrant et mal foutu si le manga n'avait jamais été terminé. C'est bien simple, après que l'on se soit tapé le déluge de niaiserie émit par Alice et par l'armée de bishounen qui lui tourne autour, après que l'on se soit farci des montagnes de répliques niaises et de situations gnagnan, on s'attend tout de même à ce que tous les moment faussement pesants du manga (la présence d'un démon, la nature exacte du monde dans lequel se trouve Alice, qui est Peter White, pourquoi Alice ne doit-elle pas se rappeler de son passé etc.) nous soient un temps soient peu expliqués... … … Et bien ils ne le sont pas. C'est bien simple les auteurs, non seulement ne dénouent absolument pas leur intrigue, mais en plus, ne concluent pas non plus véritablement l'histoire puisqu'au final, et là je n'ai aucun scrupule à vous spoiler, Alice retourne dans Wonderland ! Ce qui nous ramène strictement à la situation de départ, à l'exception près qu'Alice a trouvé un n'amoureux (ooohhhh comme c'est surprenant) mais bon vu que tout le monde l'aime toujours autant rien ne dit qu'elle ne change pas de partenaire en cours de route. Bien sûr il est lourdement sous-entendu que par ce biais, elle échappe à une réalité triste où (et là encore je vous spoile sans vergogne) sa grande sœur bienaiméechéried'amourqu'elleadore est morte ! D8 Mais ça n'explique rien DU TOUT. Alice est-elle morte ou dans le coma ? On ne le saura jamais. Que fou ce démon ici ? On ne le saura pas non plus. Pourquoi ce monde existe et quelle est sa nature ? J'ai bien une idée sur la question mais en l'absence d'indices solides empêche l'élaboration d'une hypothèse viable, et croyez moi j'ai cherché. Donc voilà, en gros, si vous avez lu ce manga, sauf si vous adorez suivre les aventures niaises au possible de Blanche gourde et les 7 bishounen, vous avez perdu votre temps.

Et sinon le dessin ?

Alors honnêtement sur le dessin en soi, à part qu'il n'est pas du tout original, il n'y a rien de mauvais à en dire. Le trait est dynamique mais appliqué et pas trop délicat, dans le sens de fin et tremblotant, les effets de trames sont bien utilisés, les décors sont plutôt détaillés, la mise en scène n'est pas mauvaises et les illustrations couleur sont jolies. La manga-ka est aussi efficace dans les scènes qui relèvent plus de l'action que de la romance, tout en sachant rendre une atmosphère plus pesante. En fait honnêtement, c'est un beau manga, c'est d'ailleurs ce qui a attiré la plupart des lectrices (je n'ose pas dire lecteur car aucun homme, quelque soit ses goûts n'aurait eu la bêtise de fourrer son nez dans un telle déluge de nœuds, de roses et de dentelles... Sinon, paix à son âme de brave car ce n'était pas le bon manga pour ça...). C'est pourquoi j'impute la totalité de la nullité d'Alice au royaume de cœur à Quin Rose, la boîte de jeux vidéos qui a conçu l'otome-game. Comme quoi entre Type-moon qui a fait Tsukihime et Quin Rose qui nous a pondu ça, que les concepteurs de jeux-vidéos se contentent de faire du jeu vidéo et les manga-ka de faire des manga, et les moutons seront bien gardés...

Conclusion:

Réfléchissez, avez vous vraiment envie de vous imposer ça ?

Le dessin est joli, mais ne vous y fiez pas...

Le dessin est joli, mais ne vous y fiez pas...

Rédigé par Nocturne

Publié dans #mangas tous publiques, #shoujo

Repost 0
Commenter cet article

Kyou-Sensei 03/01/2013 08:57

Tout le monde a droit d'avoir son propre opinion sur Alice au Royaume de coeur. Je n'ai rien contre, mais évite juste de spoiler la fin...

En fait, pour comprendre le monde dans lequel Alice est projetée, il faut avoir vu les différents otome games qui en découlent. En effet, dans ces jeux, tout est expliqué : pourquoi Alice ne se souvient plus de son passé, pourquoi sa soeur est décédée, pourquoi Peter est épris de la jeune fille, qui sont réellement Nightmare, Pierce Villiers, Gray, Joker, ou encore les autres personnages du royaume de carreaux... On peut aussi connaitre la raison qui pousse les territoires du Royaume de coeur à se faire la guerre ( aussi futile qu'elle puisse l'être, elle reflète exactement le mental des trois dirigeants )

Pour parler un peu des personnages, il se trouve qu'ils ne sont pas si inintéressants que ça. Par exemple : Peter White est un maniaque de la gachette mais aussi un amoureux transi qui cherche à reconquérir le coeur de sa promise. Ace, quant à lui, d'un naturel distrait, essaie de comprendre Alice, tout en courant après le rêve d'échapper à son rôle. Blood Dupré, lui, égocentrique au possible, cache sous sa carapace dure, un coeur qui ne bat que pour la femme de ses désirs...

Passons outre les autres protagonistes pour revenir sur un dernier point : si le 6eme tome du manga nous laisse sur notre fin, c'est parce que l'auteur a utilisé les différentes routes présentes dans le 4eme volet du jeu vidéo, à savoir " Heart no Kuni no Alice Anniversary ". Dans le deuxième tome, on retrouve la route de Boris Airay, le chat de Cheshire ( Alice soigne ses blessures et il lui apprend à tenir un pistolet en échange ) Dans le troisièe tome, on retrouve celle de Peter White, lorsque celui ci s'invite dans la chambre de sa dulcinée pour dormir avec elle ( soit dit en passant, si Alice fond littéralement devant sa forme de lapin, c'est en rapport avec son passé, puisque Peter est souvent venu chez elle sous sa véritable apparence -expliqué dans le premier et quatrième jeux vidéos- )

Quant à l'apparition d'une énième règle dans le royaume de coeur à la fin du quatrième tome du manga, et bien, c'était juste un épisode spécial, nommé Alice au royaume de Joker.( petit clin d'oeil au jeu qui sortait en même temps que le tome en question..

Si tu as un problème de compréhension avec l'histoire d'Alice au royaume de coeur, lis mes fanfics sur le sujet éponyme ( j'ai joué aux différents jeux, lu les 6 tomes, tous les doujinshis que je pouvais trouver, vu le film, écouté les ost -dont une chanson ést magnifique "Song of Love" de Peter White. ( si je ne suis pas fan et connaisseuse, qu'est ce que je suis ? )

Kyou-Sensei 04/01/2013 10:09

Oh ^^ Je suis en présence de l'auteur de ce blog ^^ C'est trop d'honneur ^^

Dans un sens, tu as raison : passer par les otome pour comprendre les manga, je trouve cela dommage, car de très nombreuses personnes ne lisent pas le japonais ( sauf erreur de ma part, les jeux sont tous en japonais -j'ai certaines connaissances, mais pas assez pour expliquer mot à mot le concept XD )

Que ça se transforme en pujilat ? Faudra faire attention XD
Comme je le dis souvent, chaque personne est différente et leurs avis diffèrent en même temps ( encore heureux ^^ ) Du coup, je te remercie pour ta réponse ^^ et je peux comprendre que tu n'aimes pas tel ou tel manga ( moi c'est pareil, mais j'ai toujours adoré les remacks des Aventures d'Alice au pays des merveilles ^^ surtout le lapin blanc XD )

Pour les spoils, je te prie de m'excuser sur ce coup-là TT.TT j'étais tellement emportée dans la lecture de ton post ^^ ( soit dit en passant que tu as une très belle façon de construire tes phrases, je suis admirative ^^ )

En même temps, je dois aussi défendre les auteurs quelques fois, vu que je fais moi même partie du lot ^^ ( mais tu ne trouveras pas encore mes oeuvres en librairie, elles sont en cours de fabrication ^^ )

Sinon, pour les liens, je ne savais pas si je devais les mettre ou pas ^^
Mais vu que tu m'en donnes l'autorisation, voici l'adresse qui mène au site de Fanfic sur lequel je suis ^^ :
http://www.fanfic-fr.net/fanfics/Animes-Mangas/A/Alice-au-royaume-de-coeur.html

En tout cas, j'ai vraiment pris plaisir à lire ta critique et à t'apporter quelques petites lumières sur les points encore sombres de l'histoire ^^ ( par ailleurs, si j'ai craqué pour alice au royaume de coeur, c'était surtout pour les chansons du chat de cheshire et du lapin blanc ^^ Si tu es intéressé par ses dernières, tu peux les trouver sur Yotube sous : "Popular Lover" et "Close Distance" pour Boris Airay et "Song of Love" pour Peter White. )

Nocturne 03/01/2013 14:56

Coucou Kyou-sensei. ^^
Ravie d'avoir un commentaire développé sur cette critique permettant la clarification de certains points du manga. J'aurais besoin de plus de lecteurs impliqués, ça se finirait peut-être en pugilat, mais ce serait drôle. XD
Ne connaissant pas l'otome-game de départ, et ne cherchant pas à le connaître tu auras sans doute remarqué que ce n'est pas trop mon genre, ton commentaire est réellement appréciable.
Ceci dit, après l'avoir lu ce que tu as écrit, l'aspect strictement marketing du manga apparaît de manière d'autant plus flagrante. Puisque la compréhension plénière de l'histoire nécessite l'achat des jeux... Sans doute cela explique-t-il d'ailleurs une bonne partie de ce que j'ai trouvé agaçant dans le scénario. D'où le dernier paragraphe de cette critique...
Pour ce qui est des spoils, même s'ils y sont, je signale pour ma défense qu'ils sont annoncés un peu en amont.
Du reste pour que je puisse lire tes fanfiction, ou que les gens qui passent par ce blog puissent, un petit lien vers ton site serait appréciable. ^^
En tout cas merci encore pour ce commentaire constructif. ^^

Sandy 10/11/2012 00:24

J'ai honte mais j'ai les 2 premiers tomes de ce truc: comme tu l'as dit, je trouvais les graphismes plutôt sympas et puis c'est édité chez Ki-Oon donc "ça peut pas être trop mauvais". Grosse déception. x)