Mail de Housui Yamazaki

Publié le 10 Décembre 2012

Mail de Housui Yamazaki

Vous avez trois Mail non lus.

Titre: Mail

Manga-ka: Housui Yamazaki

Date de publication au japon: 2004

Statut de la série: Terminée

Statut de ma lecture: Terminée

Nombre de tomes parus: 3

Editeur en France: Pika

Akiba est un détective d'un genre un peu particulier. Spécialisé dans les affaires paranormales, malgré l'utilisation d'un pistolet, il n'exorcise pas les fantômes, mais les absout. Voici compilé en trois tomes quelques unes de ses terrifiantes enquêtes...

Si vous êtes un lecteur régulier de ce blog ou un lecteur de seinen, le nom d'Housui Yamazaki devrait vous rappeler quelque chose. Il s'agit en réalité du manga-ka du célèbre seinen Kurosagi créé en collaboration avec Eiji Otsuka. Grâce à Mail, le manga-ka débute sa carrière solo, pas toujours pour le meilleur... Mais certainement pas pour le pire.

Comparaison n'est pas raison.

Je m'excuse dors et déjà de ce qui risque de constituer la grande majorité de cette courte critique, à savoir, un aller retour permanent entre Mail et Kurosagi pour en montrer les points communs et les différences. Il faut souligner cependant que ce sont les deux seuls manga d'Housui Yamazaki qui ont été publié en France (à mon grand regret quand je vois ça), qu'ils sont très proche en date et en univers, et qu'en plus un des chapitres de Kurosagi est un cross-over entre les deux séries. De fait, si elle n'est pas impossible, l'absence de comparaison me semble difficile. Ne serait-ce que parce que, lorsque l'on a lu Kurosagi et qu'on voit Mail, en tant que naïf lecteur, on a tendance à s'imaginer qu'il s'agit d'un manga similaire... Loin de là...

Mamaaaaannnn !!! D,8

Première chose qui différencie fondamentalement Mail de Kurosagi. Mail n'est pas là pour vous faire rire. PAS DU TOUT. Le ton léger et badin introduit par Eiji Otsuka dans la série précédente, est totalement absent de ce manga dont la vocation première est bien de vous terrifier jusqu'à la moelle des os, ce qu'il réussit avec brio.

En premier lieu, Akiba, le héros est un personnage grave, tragique, voire doublement tragique, qui n'a rien à voir avec la clique rieuse et un peu pingre de Kurosagi. Les enquêtes elles-même n'ont également rien d'amusantes ou d'hallucinantes comme ça pouvait être le cas dans certains chapitres du célèbre seinen, qui étaient tellement improbables que de toute façon, que l'on croit aux fantômes ou non, il n'inspiraient plus aucune crainte. Les fantômes de Mail et leurs manifestations, en revanche, renvoient toutes à des choses que nous avons déjà vécu: Un ascenseur qui se bloque, un bruit bizarre dans le moteur d'une voiture, des enfants qui courent dans l'appartement du dessus. Tirant de ces faits à priori anodins des histoires glaçantes, Housui Yamazaki parvient à transformer le quotidien de ses personnages, et donc notre quotidien, en un fertile terreau à cauchemars éveillés. Pour ma part j'ai perdu quelques heures de sommeilles avec l'un de ses chapitres et ait réussi à en faire perdre en en racontant d'autres. Le dessin réaliste du manga-ka prenant ici toute son ampleur pour donner corps à ses fantômes véritablement terrifiants.

Enfin les scénaristes c'est quand même bien utile.

On pourrait donc croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Housui depuis qu'il est tout seul. Néanmoins, il faut bien admettre que le scénario et les dialogues sont tout de même nettement moins élaborés en l'absence du scénariste psychopathe d'MPD Psycho. Le schéma narratif choisit par le manga-ka, par exemple, oscille entre celui des histoires d'horreurs classiques et des séries policières sans apporter de grande innovation à aucun de deux genres. Gardant un rythme vraiment très répétitif ponctué de très légères variations, qui plaira peut-être à certains, mais risque d'en agacer d'autres, bien que l'on sente qu'il s'agit d'un choix du manga-ka. Pour autant, les histoires sont très bien trouvées et loin d'être téléphonées, la mise en scène est toujours à la hauteur, et, au risque de me répéter, l'atmosphère générale est angoissante au possible. Efficace donc, mais certainement pas au même niveau de folie et de créativité que Kurosagi. Du coup lorsque l'on passe de l'un à l'autre la différence est non seulement frappante, mais laisse également un goût plutôt amère. Ceci dit, il ne s'agit pas non plus d'un faussé suffisamment immense pour que la lecture devienne désagréable. D'ailleurs, l'affirmation de la personnalité d'Housui dans ce travail nous permet ensuite de visualiser plus clairement ce qui lui est propre dans son précédent manga, et donc de savoir à quoi s'attendre quand sortiront, je l'espère bientôt, ses autres créations. De plus malgré une certaine orthodoxie, le manga-ka ne tombe jamais des les écueils propres au kowai manga. Il ne verse jamais dans le grotesque à force d'avoir recours à des éléments gores ni n'ennuie son lecteur en faisait s'éterniser les tensions. Ce qui marque en soi une certaine maîtrise scénaristique.

Conclusion:

Un bon manga d'horreur, angoissant, beau graphiquement, mais qui manque peut-être d'un petit grain du folie.

Parce que je trouve qu'on ne s'en lasse pas.

Parce que je trouve qu'on ne s'en lasse pas.

Rédigé par Nocturne

Publié dans #mangas gores, #mangas psychologiques

Repost 0
Commenter cet article

visit 19/11/2013 09:15

The three volumes offer great entertainment for the readers. Thanks for depicting about the three volumes in detail and I admire the writer's skill to come up with an entertaining stuff for the readers. Comics of these genre is very difficult to find anywhere else.

Yuminekoi 31/12/2012 09:01

haaa...encore une de mes série coup de coeur...Sympa les commentaires..