TOP 10 des psychopathes de manga les plus stylés

Publié le 8 Février 2013

TOP 10 des psychopathes de manga les plus stylés

Vous le savez sans doute, la St Valentin approche à grands pas.

Fête purement commerciale pour les célibataires, occasion en or (mais terriblement clichée) pour les amoureux transis, et moyen de profiter éhontément du porte monnaie de son partenaire pour les gens en couple: Bien que ce soit une journée dans l'ensemble assez catastrophique, on ne peut pas se contenter de l'ignorer. C'est pourquoi j'ai décidé de participer aux « réjouissances » à ma manière en déclarant tout haut mon amour pour Kohta Hirano les psychopathes ! (et Kohta Hirano, quand même, faut pas déconner). Pas pour les vrais psychopathes, bien entendu, mais pour les merveilleuses créatures débordantes de charisme qui peuplent l'univers des manga, et le rende tellement plus... Invivable pour les autres personnages. ^^"

Voici donc le top 10 des psychopathes les plus stylés du mangaverse, et par la même occasion, de mes personnages masculins préférés par ordre du moins au plus agipdbsudgktlth (comme dirait quelqu'un que je connais...). Avec en prime une jolie illustration en lien pour chaque personnage. ^^

10.Kurogane de Tsubasa Resevoir Chronicle:

Le chien en laisse.

Que ce soit bien clair, Kurogane est un de mes amours d'enfance, il est donc INTOUCHABLE je ne supporterai aucune critique à son sujet, aussi mauvais que puisse être le manga dont il est tiré. Pourquoi est-il si génial ? Parce que c'est un gros bourrin, et qu'au milieu des écorchés vifs que sont les autres personnages des Clamps sa présence est assez rafraichissante. Bien sûr au cours de l'histoire, on finira par découvrir qu'il a lui aussi ses blessures secrètes, auxquelles s'ajouterons des plus violentes encore, mais ça ne le rendra que plus profond.

Son obsession de la force physique qui le pousse à ne considérer ses adversaires plus faibles que comme des insectes, vous verrez que c'est un point commun à beaucoup trop de personnages dans cette liste, le rend assez apaisant. En effet sa soif de puissance et l'ivresse que celle-ci lui procurent font que les Clamp n'ont pas à attribuer la violence de son comportement à je ne sais quelle histoire tragique, et c'est tant-mieux. Pourtant c'est aussi un personnage assez tendre et touchant. Entièrement dévoué à Tomoyo (le pauvre, s'il savait qu'en fait elle est en couple avec Sôma...) il a tout du chien d'attaque et a été pensé comme tel. Agressif et très bruyant, bien qu'il aboie à tous bout de champs, il n'empêche qu'au final il obéit aux ordres de ceux qu'il aime, et fera tout ce qui est en son pouvoir pour les aider. Un type bien en somme.

Mais alors pourquoi est-il si bas dans le classement ? Bah comme je l'ai dit plus haut: C'est un type bien. Beaucoup trop bien en fait.... Bon c'est un tsundere quoi ! Dur à l'extérieur, mais tout duveteux dans son petit cœur. Et à vrai dire c'est tout de même un peu cliché (et pas très psychopathe). En plus les Clamp n'ont, à mon goût, pas assez prit le temps de développer ce personnage qui avait pourtant un réel potentiel, un peu comme le reste du manga. Si bien que, alors qu'il est censé être un personnage important, Kurogane est toujours resté relativement plat. Nous ne parlerons même pas de la finalité de sa relation avec Fye, dont on ne saura RIEN. Fuck you Clamp, FUCK YOU.

9.Sword de Devil Devil:

Le démon de 15 ans d'âge mental.

Un autre de mes amours d'enfance: il a toutes les qualités énoncées précédemment chez Kurogane, l'aspect « sale gosse » en plus. Car il a beau avoir une tonne de muscles, des ailes géantes et quelques centaines d'années au début du manga, à l'intérieur, c'est un sale gosse en pleine phase de rébellion. Ce qui rend le corps qu'on lui attribue par la suite d'autant plus adéquat. Or c'est précisément ce qui fait le sel du personnage. Le tout avec en plus un je m'en foutisme royal que ne possédait pas Kurogane. Pour aller encore plus loin dans la magie, Sword possède en la personne d'Ios le meilleur faire valoir de l'univers, qui tend chaque fois des perches de la taille d'un bus. Je pense notamment à toutes les fois où Sword apparaît alors qu'Ios est dans une situation critique, que ce dernier ce retourne vers lui les yeux emplis d'étoiles et crie « Sword, tu es venu me sauver ?! »... Alors que non, pas du tout, mais alors vraiment pas.

Mais encore une fois, personne n'est parfait, et Sword, aussi, est beaucoup trop gentil et pas assez aboutit pour aller plus haut dans le classement. Même s'il est tout de même beaucoup moins dual que Kurogane.

8.L'apothicaire de Mononoke:

Le yokaï.

Oui, je sais, Mononoke est un anime à la base, (le meilleur de tous, d'ailleurs) et le manga est trop moche pour être lu. Oui je sais aussi, on ne peut pas vraiment dire que l'Apothicaire est un psychopathe... Mais regardez l'image en lien quand vous cliquez sur son nom, et osez dire ensuite qu'il ne mérite pas sa place ici. L'Apothicaire est simultanément le personnage le plus beau et le plus bizarre qu'ait produit la Japanimation. Fascinant jusqu'au malaise, il est en plus de cela, terriblement mystérieux. On ne sait RIEN de son histoire, seulement qu'il exorcise les yokaï et comment il s'y prend. Pourquoi ? D'où lui vient cette capacité ? Est-il seulement humain ? On ne le saura jamais. Tout comme les histoires racontées au fil de l'animé, l'Apothicaire est un être en suspend, et cela, entre autre, le rend par moment réellement angoissant. On sent pertinemment qu'il appartient sans doute plus au monde des créatures qu'il exorcise qu'à celui des humains qu'il aide, quand il les aide vraiment, mais on ne peut que se perdre en conjecture. Sans parler de son comportement envers ces fameux humains parfois franchement ambiguë.

7.Nishizono Shinji de MPD Psycho:

La névrose.

Là, on commence à vraiment parler de psychopathes. Voir même carrément de névroses incarnées. En effet Nishizono Sinji n'a en réalité pas, (plus ?) d'existence propre. Il nous est présenté au début du manga comme une des multiples personnalités d'Amamiya Kazuhiko, et c'est DE LOIN la plus badass. Psychopathe et manipulateur génial, Shinji a toujours une longueur d'avance sur tout le monde, passe entre les mailles de tous les filets, et le tout avec une superbe désinvolture. Et bien entendu c'est aussi un sale gosse, parce que cette liste n'en comptais pas déjà assez d'un.

On sent d'autant plus le génie du duo Sho-u Tajima et Eiji Otsuka dans la conception de ce personnage qu'il s'agit tout de même de la même personne et que pourtant on ne confond JAMAIS Amamiya et Shinji. Bien qu'il aient le même corps, la façon de parler, le comportement, et même la posture de Shinji est tellement forte qu'elle est immédiatement reconnaissable, sauf quand il se fait passer pour Amamiya, évidemment.

Pourquoi cette place, alors ? Parce qu'il faudrait que je relise les MPD Psycho vu que j'ai laissé passer beaucoup trop de temps entre la lecture de chaque tome, ce qui fait que j'ai oublié la moitié du scénario, invraisemblablement complexe. Donc dans le doute, je ne le place pas trop haut non plus.

6.Runge de Monster:

Le robot.

Pour ma part je n'ai vu que l'animé, mais ce dernier ayant l'air fidèle au manga je me base dessus pour le personnage de Runge.

Bien que, comme dirait notre ami Sherlock, Runge n'est « pas un psychopathe, mais un sociopathe » il mérite entièrement sa place dans ce classement. Obsédé par son travail, obnubilé par la justice, aveuglé par son propre génie, Runge passe de névroses en névroses le tout sans que jamais rien ne se lise sur son visage. Il est magnifique de flegme jusque dans les situations les plus extrêmes, prêt à abandonner sa famille et même sa propre vie pour rendre la justice, et le tout en y prenant un indescriptible plaisir. Contrairement à tous les autres personnages de Monster, Runge ne dissimule pas de blessure secrète, de traumatisme d'enfance ou de dilemme moral: A vrai dire c'est tout juste un Homme.

Même son design est plus proche de celui du rapace que de l'être humain. Et c'est précisément ce qui le rend fantastique au milieu du chaos général. Là où tous les autres personnages se croisent, se blessent, se cherchent, et s'entretuent: Tel l'aigle qu'il est, Runge avance en ligne droite derrière sa proie. Sa déshumanisation est à un tel niveau, que même lorsqu'il se trompe et le comprend, il s'en moque complètement et se contente d'à nouveau suivre sa proie, peu importe qu'elle ai changée de visage. Le personnage est tellement fort et tellement éloigné du commun des mortels, que même lorsque le scénario lui colle sous le nez sa propre folie, il en reste inchangé. Tout ce qui pourrait l'humaniser glisse sur lui comme de l'eau. Si bien qu'à chaque fois on attend, tendu jusqu'aux doigts de pieds, que Runge craque, et que pour notre plus grand bonheur ça ne se produit jamais.

Sans parler de son moyen de mémoriser des informations, qui consiste à taper dans le vide comme sur le clavier d'un ordinateur à fin de pouvoir réactiver ensuite les zones du cerveau où sont stockées ces données par simple mots-clef. En plus de créer une gestuelle typique du personnage, elle transforme Runge, déjà animalisé d'apparence, en une véritable machine, augmentant encore un peu plus son charisme déjà démentiel.

5.La Cigale du Prince des ténèbres et de Waltz:

Le tragique.

Si la Cigale était déjà magnifique en fou furieux en laisse dans Le Prince des ténèbres, accroché à son téléphone, et donc à Iwanishi, comme à la prunelle de ses yeux tout en se maintenant dans l'illusion qu'il est capable de s'en débarrasser à tout moment. Il l'est encore plus dans Waltz qui explore la fondation de cette relation perverse en nous plongeant dans la tête de la Cigale, encore adolescent à l'époque. Nous montrant comment, suite au rejet de la société il en vient à s'agripper de toutes ces forces au seul monde et à la seule personne qui l'accepte tel qu'il est.

Contrairement à la plupart des personnages de cette liste qui sont charismatiques précisément parce qu'ils ne sont pas du tout dans le pathos, la Cigale est éminemment tragique. Il est tragique parce qu'il n'a aucun contrôle sur sa situation, et que sous sa violence animale, il est terrifié à l'idée de perdre le peu qu'il possède, ou plutôt qui le possède. Si bien que dans Waltz, au moindre événement qui vient menacer ce bonheur, c'est toute sa personnalité qui vole en éclat. Pour autant, La Cigale ne va pas pleurnicher dans un coin comme un emo lorsque les choses tournent mal, n'oublions pas que la pure violence est la seule méthode qu'il connaisse pour régler un problème.

Autre point qui en fait un personnage complexe et donc intéressant, c'est qu'il est conscient de son manque d'emprise sur sa vie, du fait qu'il se fasse manipuler et de la précarité de sa condition, mais qu'il ne parvient pas à la changer. Sa force physique est inversement proportionnelle à sa volonté. Il est incapable de s'échapper des griffes d'Iwanashi, même s'il est conscient de la dangerosité de cette situation.

4.Shou (ou Shô en VF) d'Akumetsu:

L'ennemi publique N°1

Si vous avez lu ma critique d'Akumetsu, il doit vous sembler que j'ai déjà fait le tour de la question. Pourtant Shou mérite bien que l'on reparle un peu de lui. En effet il s'agit quand même du seul super héros de cette liste... Et quel super héros. Aux antipodes du héros conventionnel tout en en reprenant les codes, il est le super héros dont tout le monde rêve mais que personne n'ose cautionner. Car s'il a tout du gentil garçon, Akumetsu a aussi tout du bon gros psychopathe des familles. Entêté dans ses multiples chasses à l'homme et complètement sadique dans ses façon de tuer: Il n'est peut-être pas le personnage le plus meurtrier de cette liste, mais il est de loin le plus imaginatif.

Du coup se pose la question inverse: Ne devrait-il pas se trouver plus bas dans cette liste vu qu'il est fondamentalement gentil et bon, exception faite de ses tendances sadiques ? Et puis ne se bat-il pas pour la justice ? Précisément, et c'est ce qui le rend aussi génial. C'est la subtilité et le paradoxe du personnage qui le placent si haut dans ce classement. Car bien que l'on connaisse les intentions de Shou et sa bonté fondamentale le duo de manga-ka qu'est Tabata Yoshiaki et Yogo Yûki parvient tout de même à le rendre angoissant à cause de sa férocité et de son absence totale de pitié. Nous faisant, si ce n'est accepter, du moins comprendre la crainte qu'il inspire à une certaine partie de la population et la démesure des moyens mis en place pour le stopper.

Bon, là on rentre dans le top 3 des psychopathes les plus givrés de tous les temps, et de mes personnages préférés. Il y a de fortes chances qu'ils présentent de grandes similitudes, mais ce sont leurs différences qui les rendent si attrayants chacun à leur manière.

3.Amaya de Kamisama no iutoori.

Le fauve.

Clairement, Kamisama no iutoori est un repère de psychopathes, un vivier même. Chaque personnage, même ceux qui on l'air les plus propres, sont en fait des fous dangereux. Mais la magnificence d'Amaya tient dans le fait que lui n'a même pas besoin de le cacher. Sa première apparition le catalogue déjà en tant que « fou furieux de service », et c'est exactement ce qu'il est et reste tout au long du manga. Il n'éprouve aucune pitié, aucun remords, et se comporte exactement comme un animal sauvage. Façonné par ses pulsions, il ne cherche qu'à survivre et s'amuser. C'est bien simple, Amaya est en permanence shooté à sa propre adrénaline et/ou endorphine.

Pour le rendre encore plus amusant, Amaya est également un personnage éminemment pornographique. Pourquoi pornographique alors que tous les autres psychopathes de cette liste sont érotiques ou charismatique ? Bah écoutez, il passe son temps à harceler sexuellement un autre personnage, et on assiste à une scène extrêmement crue le concernant au cours du manga. Je ne vous en dit pas plus pour que votre mâchoire aussi se décroche lorsque vous arriverez à ce passage.

Néanmoins ce qui fait tout le charme d'Amaya vient du fait que précisément, il n'est pas QUE ça.

Bien qu'au début tout le monde le déteste, et ça peut se comprendre, il s'avère qu'en fait, à condition d'apprécier les personnes en question, il s'agit d'un individu de principes. Il parvient également à établir avec le héros une relation d'amitié sincère et pas du tout menaçante. Bon, en même temps le héros c'est Shun hein, ne l'oublions pas. Face aux situations extrêmes, c'est également le plus calme si bien qu'il finit par devenir essentiel aux autres personnages. Ainsi si ses motivations sont totalement animales, il n'est pas un handicapé social pour autant, ce qui le rend tout à fait fascinant. Pourtant, malgré ce que pourrais laisser penser son aisance sociale, Amaya n'a pas de plan, ce n'est pas un génie du mal qui manipule les uns et les autres pour son petit bonheur: Ce serait gaspiller du temps et de l'énergie. Et c'est aussi cette spontanéité dans la violence qui classe ce personnage si haut.

2.Hisoka de Hunter X Hunter:

Le danger publique.

Ah Hisoka, ce personnage de seinen trash catapulté on ne sait trop comment dans l'univers du shônen. La preuve s'il n'en fallait qu'une, que Yoshihiro Togashi a créé avec Hunter X Hunter ce qui devrait être le mètre étalon du nekketsu.

Hisoka est l'incarnation du mal. De son point de vue l'humanité toute entière se divise en deux catégories: Ses futures victimes, et ceux qui ne méritent pas de devenir ses futures victime. Et il vaut mieux pour vous que vous n'apparteniez à aucune de ces deux catégories. En effet Hisoka est le plus fort et le sait très bien. Alors pour se tirer de son ennui stellaire, il cherche des gens qui pourront lui résister un minimum avant qu'il ne les abatte sauvagement. Le soucis étant que si vous faîtes partie des heureux élus, votre échéance est certaine: Vous mourrez, ce sera long, et ce sera pénible. Dans ce cas il vaut mieux ne pas intéresser Hisoka me direz-vous... Mais là encore c'est une grossière erreur, car si vous ne l'intéressez pas il se peut qu'il vous tue quand même, sans raison, ce qui est encore pire. Ajoutez à cela qu'il s'agit en plus d'un pervers polymorphe sexuellement excité par le combat (oh tient, exactement comme Amaya) et par ses adversaires pour peu qu'ils soient suffisamment puissants, n'ayant que faire de leur sexe, de leur physique ou de leur âge.

Mais ce qui le rend vraiment passionnant, en plus de son physique tellement bavouillant que Yoshihiro Togashi lui-même n'a pas pu s'empêcher de le foutre à poil... Deux fois. Tient dans un aspect qui le place totalement à l'inverse d'Amaya sur l'échelle du machiavélisme: Hisoka est un menteur compulsif et calculateur. Il est capable de mettre en place des stratégies hallucinantes et tordues juste pour affronter qui il veut, quitte pour cela à sauver cette personne d'une mort certaine, ce qui est quand même magistralement contradictoire. Et évidemment, c'est ce qui va faire toute la consistance de son lien avec le personnage principal.

En effet aussitôt qu'Hisoka rencontre Gon (notre brave héros à peine âgé de 11 ans, c'est important pour la suite), il perçoit en lui un énorme potentiel qu'il va tenter de faire arriver à maturité pour pouvoir profiter au maximum du massacre en règle de ce brave petit. Donc, en gros, pendant tout le manga, c'est Hisoka qui va être la cause des progrès et même parfois de la survie de Gon. Le tout en manquant également de le tuer à chacune de leurs rencontres ! Chaque fois que les deux se croisent on assiste à la lutte intérieur d'Hisoka pour ne pas dévorer Gon tout cru, et on le voit se faire tranquillement manipuler par le petit garçon et sa clique dans l'unique but de pouvoir s'amuser par la suite... Le tout sans jamais savoir à quel moment Hisoka va juger Gon prêt à l'affronter et le tuer sans merci. Du coup il se crée à chaque apparition de ce personnage une tension hallucinante. Le plus magnifique étant que Gon rentre tête baissé dans son jeu en sachant pertinemment ce qui l'attend ! Et qu'on ose me dire après que Gon est un personnage « kawaii » ! B8< Mais je dérive... Le fait est qu'histoire d'en ajouter un peu plus sur l'aspect malsain de la relation du héros et de sa némésis (mais peut-on vraiment dire ça d'Hisoka?) n'oubliez pas ce que j'ai dit tout à l'heure: Hisoka se le ferait volontiers. Du coup on se retrouve avec une espèce de jeu du chat et de la souris vaguement érotisé (ce qui est très perturbant tout de même...).

1. Alucard d'Hellsing:

Le prince charmant.

Si vous me connaissez un minimum, vous n'êtes bien entendu absolument pas surpris par ce choix. Alucard mérite cette première place et LLLLOOOIIIINNNN devant tous les autres, aussi bien dans sa folie que dans l'appréciation que je lui porte. Kohta Hirano a personnifié en ce personnage tous ses fantasmes, ça se sent, et c'est magique.

Alucard est pour ainsi dire au delà de la folie, puisque si les autres personnages se caractérisaient par leur déshumanisation, lui n'est plus humain du tout. C'est un monstre, dans toute la démesure que peut sous entendre ce mot. Alucard ne tue pas, il massacre impitoyablement, sans distinction aucune de sexe, d'age, ou même tout simplement de camps, pour peu qu'Integra l'ait autorisé à le faire. Le tout avec, en plus, une mise en scène hallucinante, puisque comme l'illustre personnage historique auquel il se rapporte, Alucard a une légère obsession pour l'empalement. Pour autant cette démesure n'est pas complètement gratuite, elle est présentée comme une des caractéristiques intrinsèques des vampires. Plus ces derniers sont forts plus ils ressentent le besoin d'abuser de cette force, or Alucard est le plus fort de tous, un monstre même parmi les monstres.

Pourtant ce qui le rend intéressant c'est qu'à cette force démesurée et à ce goût du massacre à l'état pur s'ajoute tout un pan de sa personnalité qui en fait un véritable prince de conte de fée.

Pour commencer, Alucard aime les humains, aussi paradoxal que cela puisse paraître. Il a énormément de respect, voire d'admiration, pour la condition humaine, parce qu'il est conscient que malgré sa toute puissance il n'y a qu'un humain pour parvenir à le tuer; et que si les monstres peuvent être magnifiques et/ou fascinants, il n'y a que les humains qui puissent être nobles. Cette appréciation de l'humanité et la conscience de sa propre condition en font un être étonnamment moral. Ce qu'ils déteste chez les autres vampires qu'il tue, c'est leur façon de se comporter comme des sous-hommes, voire comme des sous-monstres, en s'attaquant à de simples humains, faibles qui plus est, alors qu'ils disposent de pouvoirs immenses. Idem pour les humains qu'il tue tout au long du manga. En revanche, lorsqu'il voit un humain, un vampire, ou un monstre de quelque sorte que ce soit, se comporter à la hauteur de son rang, il ne l'aborde pas du tout de la même manière. Ainsi vous remarquerez qu'Alucard ne boit que le sang de ceux qu'il considère dignes d'être dévorés, et que plus il les mord d'une manière « classique » plus il a de respect pour eux.

Cette moralité étonnante ne l'empêche pas d'être railleur pour autant: De part son statut et son grand âge Alucard n'a plus grande chose à faire des soucis du commun des mortels et s'en amuse beaucoup. Si l'on ne devait d'ailleurs caractériser ce personnage que par une chose, ce serait par son rire dantesque et psychopathe venu du fond des âges. Comme pour beaucoup d'autres personnages d'Hellsing, Alucard voit le monde comme une grande farce tragique dont il rit à gorge déployée. Pour autant, il n'en est pas moins lui-même assez torturé. Reproduisant sans cesse, à la limite de la névrose, les traumatismes de sa vie humaine; courant toujours vers la mort sans jamais vraiment la trouver; « sans être cher ni coeur »; il est évident que sa condition elle-même n'est qu'une gigantesque fuite en avant pour oublier des douleurs qui finissent toujours par se rappeler à lui.

Du reste Alucard est un personnage assez chevaleresque. Il se bat pour Integra, qu'il appelle sa maitresse, sans jamais l'avoir mordue ou même touché. Leur lien est finalement très proche de celui d'une dame et de son chevalier tout droit sortis d'un roman courtois. Certains répliquerons qu'Integra dirige Alucard parce qu'ils sont liés par un contrat... Ce n'est qu'en partie vrai. En effet Alucard avait le choix entre deux descendants de la famille Hellsing, mais il a décidé d'obéir au plus noble (enfin à la plus noble en l'occurrence). Il reconnaît donc la valeur de sa maitresse et c'est pour cette raison qu'il accepte ses ordres, bien qu'il n'ait que faire de ses idées. Notons que d'une manière générale, Alucard a un certain respect des femmes, surtout lorsqu'elles ont du pouvoir. Il s'incline devant la reine et (si vous voulez éviter un spoiler allez directement à la fin de cette phrase) tue Rip en y mettant les formes. Qui plus est c'est le seul qui ne se permet pas de les insulter, même lorsqu'elles sont dans le camp adverse contrairement à la plupart des autres personnages masculins. Son appréciation est d'ailleurs complètement indépendante du physique de ces dernières. Mesdames, imaginez, un chevalier servant qui n'a que faire de vos rides, n'est-ce pas merveilleux ?

Et pour couronner le tout Alucard est BEAU. A chaque case, lors de chaque mouvement se dégage de lui une magnificence inhumaine. Et lorsqu'il n'est pas magnifique, il est terrifiant ce qui lui donne encore plus de charisme. Bien qu'il ait beaucoup changé au cours du manga, avec le style du manga-ka, d'abord, puis volontairement, chacune de ses apparences est à s'évanouir de classe.

Récapitulons: Charismatique, dévoué, moral, rieur, et torturé. Ouaip, je crois que l'on a un beau prince charmant. Il ne reste plus qu'à rajouter une bonne grosse louche de folie pour obtenir LE prince charmant. Et LE numéro 1 de ce top.

Et vous chers lecteurs et lectrices, en ce romantique mois de février à quels personnages de manga aimeriez vous déclarer votre flamme ?

Rédigé par Nocturne

Publié dans #Hors sujet

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Charles 25/11/2016 07:55

Que ce soit bien clair, le seul et unique personnage à qui je déclarerais ma flamme est Yuno Gasai de Mirai Nikki

Aeyriann 13/07/2015 20:25

Et si tu pouvais aussi me dire pour MPD psycho...? ;)

Aeyriann 13/07/2015 19:57

Whaaaa, magnifique! A chaque fois que je lis une description d'Hisoka, je n'ai qu'une envie: me repasser le manga. Les deux versions... Et puis il est pas trop mal classé dans ton top. Je sais même pas où il est dans le mien ;)
Juste une question: tu m'as donné envie de lire kamisama no iutoori. T sais où je pourrais le lire ou le voir? En anime, bien entendu :)
Tiens, pour me contacter, j'ai un blog: Arya39.skyrock.com
Merci, et tu m'as bien fais rire avec ton "guide" chevalier/princesse/dragon ^_^

Aeyriann 14/07/2015 11:00

En anglais? Bon....vas falloir que je m'améliore. Il est compliqué ou plutôt facile à comprendre ?

Nocturne 14/07/2015 03:57

Coucou, contente de t'avoir fait rire et de t'avoir donné envie de revoir HunterxHunter. ^^ L'anime de Kamisama no iutoori n'est malheureusement pas encore sorti... Pour le manga, pour ma part, je l'ai lu en anglais sur mangafox.com. ^^

DaRk-AxE-SnIpEr 05/06/2015 17:52

OUIIIIIIIIIIIIIIIIIII enfant un site qui choisit Alucard en premiere place mon préféré MERCIIIIIIII !!!!!!!!!!!!!!!!!!! :D

Bloody-Panda 08/06/2013 10:59

Que ce soit bien clair, Kurogane est un de mes amours d'enfance, il est donc INTOUCHABLE je ne supporterai aucune critique à son sujet, aussi mauvais que puisse être le manga dont il est tiré.
Tsubasa Reservoir Chronicle n'est pas un mauvais manga, bien loin de là même.
J'aime tout autant Kurogane que toi, mais il n'est pas le seul personnage charismatique de la série, loin de là.
Enfin, ce n'est que mon avis...