Palepoli de Usamaru Furuya

Publié le 16 Janvier 2013

Palepoli de Usamaru Furuya

Top 10 des raisons pour lesquelles ça vaut le coup de lire Palepoli.

Titre: Palepoli

Manga-ka: Furuya Usamaru

Date de publication au japon: 1996

Statut de la série: Terminée

Statut de ma lecture: Terminée

Nombre de tomes parus: 1

Editeur: Imho

Si vous suivez un petit peu ce blog, vous avez sans doute remarqué qu'il s'agit ici d'une critique un peu particulière à la manière d'un site célèbre, et de beaucoup de magazines médiocres. Force est de constater cependant que Palepoli n'est pas un manga comme les autres, et qu'il méritait bien une critique pas comme les autres. En même temps, il ne fallait pas en attendre moins d'Usamaru Furuya dont je vous ai déjà parlé dans ma précédente critique. Voici donc le top 10 des raisons pour lesquels Palepoli devrait déjà se trouver sur vos étagères.

1. Parce que c'est un manga d'Usamaru Furuya.

Ce qui apparaît en soi comme un gage de qualité.

2. Parce que c'est drôle.

Palepoli se présente comme un recueil de petites histoires en quatre cases qui se suivent, se croisent, se répondent au fur et à mesure du manga, ou au contraire n'apparaissent qu'une seule fois. Ainsi on suit les aventures aussi diverses qu'absurdes du tueur/violeur/tortionnaire récidiviste le plus mignon du monde, du fantôme de la page rejeté, de cupidon, ou encore de l'inséparable duo formé par le directeur et le sous-directeur d'une entreprise louche; le tout en croisant de temps à autres Columbo ou des personnages de Pulp Fiction. Ce qui fait que le manga vacille perpetuellement entre un humour corrosif et complètement enfantin, mais efficace dans tous les cas.

3. Parce que ce n'est pas que drôle.

L'autre point fort de ce manga est une certaine poésie, voire un vrai sens du drame, ainsi que la capacité de l'auteur à créer une profonde sensation de malaise. Usamaru Furuya sait surprendre et toucher, que ce soit grâce aux thèmes qu'il aborde ou à son dessin, ce qui m'amène à la 4ème raison pour laquelle vous devriez acheter Palepoli.

4. Parce que ce sera plus facile de convaincre vos amis de la portée artistique du manga avec Palepoli qu'avec Naruto.

Passant par des types de dessins extrêmement divers allant du brouillon à un style proche de la gravure de Gustave Dorée, en passant par une caricature du manga pour jeunes enfants, le tout ponctué de beaux hommages à Arcimboldo: Dans ce manga Furuya expérimente, et ça se voit. Ce qui permettra de faire taire les mauvaises langues les plus érudites qui se plaignent à qui veut l'entendre que pour un dessinateur, faire du manga c'est stagner.

5. Parce que c'est publié par Imho.

Si cette boîte d'édition avait un slogan, ce serait un truc du genre: « Si c'est vraiment trop bizarre pour les autres éditeurs, ça l'est juste assez pour nous. » Ca vous met pas l'eau à la bouche ?

6. Parce que c'est agréable à lire.

Malgré sa taille imposante (160 pages) et un format un peu supérieur au format traditionnel, Palepoli est composé de petites histoires très courtes. On peut le poser quand on veut, sans la frustration d'être interrompu au milieu de quelque chose, et le reprendre quelques heures/jours plus tard avec bonheur sans devoir rentrer à nouveau dans l'histoire.

7. Parce que c'est imprévisible:

Peu importe l'histoire, la chute trouvée par l'auteur, quand il y en a une, est toujours inattendue, ce qui est un grand plaisir quand on commence à avoir vu et lu beaucoup de choses.

8. Parce que vous êtes des gens curieux:

Autre point fort de Palepoli, il fait référence, caricature, et détourne des tas d'autres manga emblématiques de la pop-culture japonaise, ainsi que des mythes et œuvres littéraires plus ou moins célèbres, le tout avec une joie féroce. Et même si les références les moins claires sont expliquées par des notes, ça donne envie de faire quelques recherches.

9. Pour laisser s'exprimer le hipster en vous.

Je vous avais déjà parlé du côté « underground » d'Usamaru Furuya. En lisant Palepoli, on dispose d'un bon aperçu de ce qu'à pu donner donner stylistiquement ce type de manga dans les années 90 et dans quel univers naviguaient les manga-ka de l'époque. Notons qu'à ce sujet, Usamaru Furuya a été un des contributeurs tardifs du magazine de prépublication Garo, connu pour son manga d'avant-garde et pour les génies qui y sont passés type Yoshihiro Tatsumi ou Shigeru Mizuki. Pour autant le manga-ka n'hésite pas aussi à se moquer du magazine qui le publiait...

10. Parce que c'est peut-être un peu risqué de l'offrir à quelqu'un d'autre.

Honnêtement, ce n'est pas un cadeau que je conseillerai, comme beaucoup de manga sur ce blog il contient des scènes de sexe et de violence, il n'est donc pas à remettre entre toutes les mains. Néanmoins, cela vous donnera une bonne raison pour le garder égoïstement en murmurant « mon précieux » sitôt que quelqu'un vous demandera ce que c'est que ce manga sur votre étagère.

Un petit gag pour vous mettre en appétit.

Un petit gag pour vous mettre en appétit.

Rédigé par Nocturne

Publié dans #mangas gores, #mangas ecchi, #manga humoristiques

Repost 0
Commenter cet article