Kiben gakuha, Yotsuya senpai no kaidan de Furudate Haruichi

Publié le 21 Août 2012

Kiben gakuha, Yotsuya senpai no kaidan de Furudate Haruichi

Alors comme ça on aime raconter des histoires d'horreur ?

Titre: Kiben gakuha, Yotsuya senpai no kaidan

Manga-ka: Furudate Haruichi

Date de publication au japon: 2010

Statue de la série: Terminée

Statue de ma lecture: Terminée

Editeur en France: Non édité en France

Nombre de tomes: Un

[Une page pas au pif cette fois pour admirer Yotsuya senpai avoir une idée du dessin ^^]

Elève de 3ème, la jeune Makoto est à la recherche de son amie disparue. Pour la retrouver, se fiant aux rumeurs qui circulent, elle se rend sur le toit de l'établissement pour faire appelle au mystérieux Yotsuya senpai: Personnage étrange aux allures de légende urbaine dont le passe temps favoris est de créer et raconter des histoires d'horreurs. Ce dernier accepte de l'aider si l'adolescente lui prête main forte pour créer « l'histoire d'horreur la plus terrifiante ». Voilà donc Makoto embarquée aux côté d'un personnage plus que louche dont les histoires semblent étrangement en rapport avec les événement sordides qui se produisent depuis quelques temps au collège.

J'adore les mangas qui se défont joyeusement des clichés et bifurquent drastiquement de la direction qu'ils sont supposés prendre. Yotsuya senpai no kaidan est l'un de cela. Si comme moi vous en avez soupé des poncifs aussi bien dans le fantastique que dans le manga d'enquêtes, préparez vous à une agréable surprise.

Hey, on va faire un manga d'horreur/enquête classique... Mais en fait, trop pas !

Quand on lit le résumé, Yotsuya senpai n'est pas particulièrement engageant, surtout si on a lu beaucoup de mangas du genre. Les phénomènes paranormaux dans les écoles et les enquêtes de terrain, c'est devenu un énorme cliché dont les derniers représentants ont des scénarios tellement prévisibles que s'en est affligeant *touss* Gosick *touss*. Du coup on s'attend un peu au pire. Oui, sauf que Yotsuya senpai parvient à ne pas tomber dans la facilité et à nous surprendre en axant le scénario sur des points tout à fait inattendus et en multipliant les fausses pistes quand c'est nécessaire. Je vous dirais bien ce qui rend l'histoire si originale, mais je vous laisse la surprise.

Autre point positif, les interactions entre les personnages et le collège. Dans ce manga l'ensemble des élève constitue un personnage à part entière avec lequel les héros doivent composer qu'il joue en leur faveur ou non au fil des chapitres. Les bruits de couloirs deviennent ainsi une véritable arme dont Yotsuya senpai se sert avec talent.

On va faire un shônen bateau... Mais en fait trop pas !

Il est vrai que le duo Yotsuya/Makoto est un peu convenu: Une jeune fille naïve et un génie manipulateur c'est du déjà vu (revu, et rerevu). Néanmoins les deux fonctionnent bien ensemble, et l'héroïne compense sa naïveté par une énergie qui la rend plus supportable que la plupart des personnages féminins de manga, d'autant plus que toute l'histoire ou presque nous est montrée à travers ses yeux.

On évite également les romances à l'eau de roses ou les élans romanesques ridicules au nom de l'amitié, le seul moment du manga où ce genre d'emphase se produit Yotsuya ne se gêne pas pour s'en moquer allègrement.

Et puis honnêtement, j'adooooooore Yotsuya senpai c'est un personnage bizarre, voire terrifiant au prime abord, sadique invétéré et à la logique particulière qui règne en despote sur la petite faune de l'école, et dont on ne saura au final pas grand chose. Et puis quand même, fétichiste des cris, c'est bien trouvé comme comportement déviant.

S'agissant d'un shônen, l'humour est au rendez-vous, sans pour autant devenir un automatisme qui nuirait à l'histoire. Au contraire ça en devient même ressort, notamment lorsque l'on assiste à la propagation des rumeurs et histoires d'horreur au sein du collège, et qu'on les voit se déformer au fur et à mesure (crise de fou rire de longue durée avec l'histoire de Mika-chan qui passe d'une histoire angoissante à un truc franchement wtf d'un élève à l'autre.)

Et le dessin dans tout ça ?

Splendide ! Il faut savoir qu'à l'origine, Kiben gakuha Yotsuya sensei no kaidan est un one shot d'un seul chapitre qui traçait à grand traits ce qui allait devenir la recette de Kiben gakuha Yotsuya senpai no kaidan. Or le one shot en question se caractérisait par un dessin nerveux avec beaucoup de trames de petits traits ainsi qu'une mise en page un peu tassée. Dans la série, le trait est plus net, les petits traits sont utilisés avec plus de parcimonie, d'une manière générale, le dessin est plus propre: ce qui nui d'ailleurs parfois au scénario qui mériterait un dessin plus sale et dérangeant à l'image de ce qui est décrit. L'atmosphère de mystère et d'effroi propre aux histoires d'horreurs est pourtant maintenue grâce à un jeu de contraste entre de vastes aplats de noirs et de grands espaces blancs; ainsi qu'avec l'utilisation fréquente de perspective façon « fish eye » qui déforme les corps accentuant leur aspect bizarre. Le changement de mise en page permet une lecture plus fluide et immersive en laissant plus d'espaces aux personnages et en mettant en avant leurs expressions faciales, ce qui est un vrai plaisir avec le personnage de Yotsuya senpai qui fait des têtes toutes plus glauques les unes que les autres.

Vous vous y reconnaitrez:

Souvent ce qui est décrit dans les mangas est très loin de notre quotidien même lorsqu'il s'agit d'histoires réalistes: Et pour cause, les mœurs japonaises sont très différentes des nôtres. L'identification aux personnages se fait donc plus sous forme d'une projection de nos frustrations et aspirations. Dans le manga de Furudate Haruichi en revanche, on retrouve tous une partie de notre adolescence ou enfance car, que l'on ait été du côté des conteurs ou des auditeurs, on a tous goûté aux joies des histoires d'horreurs et des légendes urbaines. Ce qui donne au manga un petit goût nostalgique que je ne trouve pas désagréable.

Conclusion:

Un manga de qualité qui sait surprendre le lecteur, un dessin efficace, un personnage principal charismatique. Il ne lui manque que d'être édité en France, en attendant profitez de sa gratuité.

Rédigé par Nocturne

Publié dans #mangas tous publiques

Repost 0
Commenter cet article

Yuminekoi 31/12/2012 08:41

Ha..enfin un commentaire sur cette superbe série..Merci beaucoup. j'aime beaucoup les entêtes de chapitre, c'est vraiment ce qu'est ce manga... Une petite perle avec un auteur, ayant un très beau trait. Surtout dans sa nouvelle oeuvre.Haikyû!!.