Akumetsu de Yugo Yuuki et Tabata Yoshiaki

Publié le 20 Août 2012

Akumetsu de Yugo Yuuki et Tabata Yoshiaki

Le super héros à la japonaise, c'est pas le même délire... Oo"

Titre: Akumetsu

Manga-ka: Yugo Yuuki (dessin) Tabata Yoshiaki (scénar)

Date de publication au Japon: 2002

Statue de la série: Terminée

Statue de ma lecture: Terminé

Editeur en France: Taiou

Nombre de tomes: 18

[une page au pif pour vous faire une idée du graphisme]

Du jour au lendemain débarque au Japon un super héros vengeur répondant au nom d'Akumetsu et portant un masque de démon derrière lequel se trouve le jeune élève de terminal Shou Katsuragi. Son but ? Débarrasser le Japon de tous les vilains. Les vilains ? Les hommes politiques, bureaucrates, et directeurs de banques qui ont plongé le Japon dans sa situation économique, politique, et judiciaire décadente et qui ne seront jamais poursuivis par la justice. Et pour ça Akumetsu a une méthode radicale, massacrer sans merci les personnes en question, le tout en prenant bien soin d'expliquer ses actes à la population.

Autant vous dire que quand on lit le premier chapitre d'Akumetsu, ça fait tout drôle, car le super héros dépeint par le duo à qui l'on doit Wolf Guy est à des années lumières du super héros conventionnel galvaudés par DC, Marvel et compagnie, bien qu'il en reprenne les codes. J'ai aussi bien envie de dire qu'il est très éloignés du super héros japonais, mais je ne m'y connais pas assez dans ce domaine pour pouvoir m'avancer.

Akumetsu, l'anti-super héros:

Première chose qui différencie fondamentalement Akumetsu de tous les autres super héros: Il ne s'en prend pas aux criminels reconnus comme tels. Voleurs, assassins, mafieux, tout ça n'appartient pas à sa juridiction. Akumetsu/Shou ne s'en prend qu'aux grands criminels du sommet de l'Etat, qu'aux truands impossibles à appréhender qui commettent des crimes indirects (détournements de fonds engendrant la faillite d'entreprises et donc des suicides, mauvaise direction des forces de police qui ne peuvent pas faire leur travail et empêcher des crimes, abus de pouvoirs traumatisants etc.).

Autre chose qui le différencie aussi des « vrai super héros » Akumetsu tue. Et pas qu'un peu. Certes il ne tue que des gens qui méritent de mourir sans jamais ôter la vie de personnes non impliquées... Mais ses méthodes sont particulièrement sordides et spectaculaires. Akumetsu est un manga violent allant de massacre en massacre. D'ailleurs, très vite, Shou/Akumetsu est vu comme un terroriste, terme qu'il finit lui-même par utiliser pour se décrire.

Enfin Shou n'a pas la personnalité d'un super héros. Il a certes vécu plusieurs traumatismes qui l'ont conduit jusque là où il est, mais il n'est jamais (ou très peu) dans le pathos à la manière d'un Batman ou d'un Spiderman. Il n'est pas non plus parfait, façon Clark Kent, quand il n'est pas Akumetsu c'est un simple otaku. Pour autant il n'a rien du looser à la Peter Parker: Shou est beau, populaire, charismatique et léger. Le contraste entre le Shou souriant, blagueur un peu naïf, et le génie assassin qu'il devient sitôt qu'il enfile le masque est d'ailleurs saisissant.

Un sacré cours d'histoire et d'économie:

S'il ne s'agissait que de voir Shou faire des sushi de méchants, le manga n'aurait pas un grand intérêt. Sauf que la particularité d'Akumetsu, c'est qu'il explique au publique les raisons de ses crimes, et pas n'importe comment: Sur grand écran, et avec une mise en scène digne d'un programme de vulgarisation de l'économie. Accompagné de sa mascotte Aametsu, le héros explique à la population, et à nous par la même occasion, comment on en est arrivé à cette situation politico-financière et en quoi la personne qu'il s'apprête à abattre sauvagement en est responsable. Et c'est ainsi que chapitre après chapitre on a des cours sur le fonctionnement du gouvernement Japonais, sur l'industrie des routes au Japon, sur le fonctionnement de l'économie nippone en général, sur la raison pour laquelle la mafia occupe une telle place au Japon, et j'en passe. Plus fort encore, bien qu'ils aient changés leurs noms, les personnages du manga sont des copies conforme des hommes politiques de l'époque, même le premier ministre.

Un scénario hallucinant:

Une fois de plus (oui, parce que même si Wolf Guy est sorti plus récemment, j'ai lu Akumetsu après), la grande force du duo de manga-ka est de créer une histoire multi-scalaire où l'on a tout à la fois: les pensées intimes du héros et de son entourage, le point de vue de ceux qui le combattent (pour de bonnes ou de mauvaises raisons) et les répercutions de ses actions sur le plan national.

De plus, les auteurs distillent les indices puis les révélation sur le véritable pouvoir d'Akumetsu et l'origine de sa motivation au compte goutte, ce qui accroche encore plus le lecteur qui a envie de savoir MAIS COMMENT C'EST POSSIBLE CREVINDIOU DE DIOU !? D'ailleurs, vous avez remarqué que je me suis bien gardée d'en parler moi même, c'est justement pour éviter de vous spoiler.

Si l'on sent bien que les auteurs ont pris un plaisir non dissimulé à égorger du bureaucrate, tout comme non nous prenons plaisir à le voir, ce manga va beaucoup plus loin que le simple défoulement artistique. Il pose des questions existentielles sur les notions de bien, de mal, et de justice et permet une analyse de la société nippone en mettant un véritable coup de pied imaginaire dans la fourmilière.

Hey, mais ça me rappelle un truc !

Alors j'ai vu que beaucoup de gens faisaient un rapprochement entre Akumetsu et Death Note.

Heu...

Visiblement les gens qui disent ça n'ont lu de l'un de ces deux mangas que le résumé. Ceci dit dans l'hypothèse où vous ayez lu les deux et où vous trouvez tout de même qu'il y a une ressemblance, ou même si vous ne tenez pas à lire l'un des deux mais que vous voulez briller en société, voilà les raisons pour lesquels ces deux mangas sont fondamentalement différents.

En premier lieu le héros, et les travers dans lequel ce dernier tombe, n'est pas du tout le même d'un manga à l'autre.

Light est un génie mégalomane et calculateur qui s'en prend à des criminels déjà montrés du doigt et jugés par la société. D'ailleurs très vite ses meurtres ne sont plus qu'un prétexte pour qu'il accède au pouvoir, et il n'hésite pas une seconde à tuer quiconque s'oppose à lui. De plus, Light est un lâche, il fait tout pour ne pas être repéré quitte à manipuler des gens qui ont confiance en lui, il ne se montre pas, et pour ceux qui ont finit le manga ou l'anime, vous voyez très bien comment sa lâcheté se manifeste.

Shou, soyons honnête, est au départ un idiot idéaliste qui ne s'en prend pas seulement à des gens, mais à un système tout entier. Ensuite il se montre, fait parler de lui, explique ses actes quitte à se mettre en grand danger pour ça. Il a des valeurs, des principes, des idéaux. Jamais il ne tue qui que ce soit en dehors de ses victimes attitrées, jamais il ne manipule les autres, il n'a pas d'alliés et ne cherche pas à s'en faire: il se bat seul contre tous, exactement comme un super-héros.

En second lieu, le point de vue n 'est pas le même.

Comme je l'ai déjà dit, Akumetsu est multi-scalaire, il raconte une histoire à plusieurs échelles.

Dans Death Note, la résonance mondiale de Kira n'est qu'un prétexte pour faire venir L et rentrer dans un duel de génies entre les deux personnages, trois si on compte Misa... Parce que moi je l'aime bien Misa en fait. Finalement, on a à peine les réactions de la masse face aux agissements de Kira.

En dernier lieu:

Death Note est spirituel en posant la question de l'ubris.

Akumetsu idéologique en remetant en cause la société.

Qu'est-ce qu'on se marre !

Détails très important. Akumetsu est drôle. Férocement drôle. Les manières de tuer de Shou sont toutes plus barrées les unes que les autres, chaque fois qu'il se montre ses mises en scènes sont très drôle, et il n'arrête pas de faire des private joke d'otaku en mentionnant mangas, animes, et émissions télé japonaises. Les auteurs eux même s'amusent volontiers avec leurs personnages (inspecteur Harimatsu... J'ai mis longtemps à comprendre, mais ça en valait la peine !) ou le scénario du manga qui d'un coup comme ça, pour le fun, se transforme en « parodie » d'Initial D. Sans parler des bureaucrates eux-même qui sont tous plus ridicules les uns que les autres, particulièrement quand ils paniquent face à Akumetsu (mini-Murase... Enorme.).

Ah oui, et en plus, c'est beau:

J'allais oublier un point pourtant important dans un manga, parce que le scénario ne fait pas tout: Le dessin. Et bien c'est splendide. Grace à un style semi réaliste hyper détaillé soutenu par une mise en page dynamique, Yugo Yuuki réussis à garder un style minutieux sans pour autant figer son dessin. Ce qui est appréciable quand on voit que beaucoup de Seinen axés actions ont tendance justement à sacrifier une partie de la dynamique au profit de la justesse anatomique. De plus le character design d'Akumetsu est un bonbon visuel, le masque seul est déjà magnifique, mais alors le costume entier c'est une vraie tuerie. Quant aux caricatures des hommes politiques on peut trouver en ligne un comparatif avec les photos des concernés, et franchement, elles sont très réussies.

Quel manga merveilleux, n'y a t-il donc aucun point négatif ?

Si.

Un gros.

Bizarrement le même que dans Wolf Guy et dans beaucoup de mangas qui sont excellents par ailleurs: Les personnages féminins. Ces derniers sont absolument, totalement et définitivement inintéressants. L'amie d'enfance du héros (clllliiiiiicchhhhééééé !!!!!) est d'une inutilité crasse alors qu'elle a un réel potentiel, la seule femme qui apparaît durablement en tant que personnage secondaire a elle aussi un potentiel énorme dont les auteurs ne font rien ou vraiment pas grand chose (je parle de Bloody Mary pour ceux qui ont déjà lu). Ce qui est vraiment dommage parce que niveau présence, tous les personnages d'Akumetsu, même ceux qui n'apparaissent qu'une seule case, dégagent un charisme phénoménal.

Conclusion:

Vous voulez vous marrer comme un psychopathe en voyant des bureaucrates se faire massacrer, tout en vous cultivant ? Akumetsu est fait pour vous !

Rédigé par Nocturne

Publié dans #mangas gores

Repost 0
Commenter cet article

Orni 12/09/2012 20:08

Après m'avoir bassinée avec ce manga (en bien évidemment) et après lecture de cet article, je me dis qu'il faudrait p'tete que je le lise :P

PULUCHE ENCORE. 23/08/2012 15:46

AH NON EN PLUS, IL FAIT 18 TOMES !

PULUCHE. 23/08/2012 15:45

J'te mets au moins un commentaire parce que ça fait plaisir ... 8D Mais je lis, OUI JE LIS. J'dois t'avouer que celui-là, Akumetsu, ça donne drôlement envie, déjà qu'il m'intriguait quand tu te contentais de parler que de ça sur Twitter, HAHA. Non mais ça donne envie. Sauf qu'il fait 17 tomes ... XD Un jour j'aurai la foi, promis.
(Sinon wesh là, c'quand tu m'fais une critique sur Pandora Hearts :O ?!)